Visite de deux fermes!


Samedi 13 Avril 2019 12_Familles Bio Plaisir

Petit Bilan de la Visite des Jardins de la Cardère et du GAEC Causselot à Nuces!

La matinée a commencée au Panier Paysan, petit magasin de producteur à Nuces ayant fêté ses 10 ans l'année dernière! Donc introduction de l'Histoire par un des fondateurs, assez rapidement car l e principe des magasins de producteurs a été expliqué lors de la visite du point de vente à Rodez. A retenir: il n'y a pas les mêmes producteurs qu'à Rodez (même si certains se retrouvent aux deux endroits), les tarifs y sont très raisonnables (car amortissement des investissements premiers), et il est joli.

Ensuite nous nous sommes dirigés vers Serre... et nous sommes arrivés sur le domaine de Laurence et Benoît... ancienne bâtisse majestueuse, construite il y a...plusieurs siècles par les Jésuites.

 

Nous découvrons un élevage de blondes d'aquitaine, des vaches élevées pour donner naissance à des veaux élevés pour leur viande. La particularité de cet élevage est que toutes les bêtes sont nées, engraissées et découpées à la ferme, puis vendues en circuits courts.

Elles sont abattues à Rodez et acheminées à l'atelier de découpe du GAEC. C'est à dire qu'aucun animal ne part en "circuit long", c'est une éthique souhaitée par ces deux agriculteurs passionnés. En effet, ainsi ils savent exactement ce que deviennent leurs animaux. Même si ce n'est pas leur mission "préférée", ils sont contents de pouvoir transformer la viande à la ferme, ces producteurs sont fiers de pouvoir maîtriser presque toutes les étapes de la vie de leurs veaux/vaches.

Ils assument pour nous l'omnivore qu'est l'être humain. Benoît nous dit qu'"il ne faut pas être hypocrite", si on mange de la viande ou des produits laitiers il faut accepter le fait que des animaux sont élevés et abattus pour cela. Mais il y a différentes façon de procéder, d'être respectueux et honnête. Les vaches sont à l’abri en hiver, elles sortent prendre l'air dès les premiers rayons de soleil, et sont en permanence dans les prés quand l'herbe a suffisamment poussé pour leur apporter assez de nourriture. D'ailleurs

Benoît parle avec autant de passion de ses animaux que des prairies et cultures qui les nourrissent. Visant l'autonomie, il fait avec les aléas climatiques et respecte autant le sol que le bien-être animal!

 

 

La suite de la visite s'est déroulée à deux pas, ou quoi que littéralement...quatre pas de là, entre les serres et parcelles d'Audrey et Bruno: les Jardin de la Cardère. Il y a 4 ans, Laurence et Benoît ont "sacrifié" un peu plus d'un hectare de prairie en cédant ce terrain à deux jeunes maraîchers, Bio, évidemment !

 

Dans les serres on voit déjà de jolis plants de fèves et pois en fleurs, des pieds de tomates et surtout...pas de terre! Enfin, elle est là, mais on ne la voit pas car pour respecter la vie du sol, le protéger, améliorer sa structure, ses capacité de stockage d'eau, minéraux, nutriments, ils sont en permanence couverts! Par quoi? Et bien des engrais verts.

Non, ce ne sont pas des "mauvaises herbes" qui poussent de manière anarchique sur les buttes de plein champs, mais un mélange de céréales et légumineuses semées volontairement. Ces couverts végétaux seront progressivement détruits (grâce à un outil voyons, pas de glyphosate ici!) puis enfouis pour restituer au sol les nutriments qui les composent (notamment de l'azote) d'où leur nom d'"engrais" verts.

La visite s’est conclue par un délicieux repas : vous avez amené les entrées et les desserts et Laurence et Benoît ont cuisiné… un ragoût… … … la description que j’en ferais de traduirait pas la réalité. Ceux qui étaient là s’en souviendront… ceux qui n’étaient pas là le regretteront !